La communauté maritime de La Ciotat pendant la transition de la voile à la vapeur (1851-1914)

SteaMER propose aux chercheurs de présenter leurs travaux les plus récents dans le domaine de l’histoire maritime. Ici, Kalliopi Vassilaki présente un résumé de sa thèse de doctorat, soutenue en 2022 à l’université de Crète, sous la direction de Sokratis Petmezas. Kalliopi Vassilaki est actuellement post-doctorante à la Fondation pour la Recherche et la Technologie (FORTH-Hellas) en Crète.

Cette thèse doctorale étudie l’histoire de la communauté maritime de La Ciotat, en France méditerranéenne, de la seconde moitié du XIXe siècle jusqu’à la Première Guerre mondiale, en examinant le processus de transformation et de transition socio-économique lors du passage de la navigation à voile à la vapeur. Ce travail explore la dynamique du changement d’un point de vue économique et social à travers deux questions principales: i) le processus de transformation et ii) les conséquences à long terme de ce changement sur l’économie et la société. L’étude commence par l’analyse des caractéristiques de la société maritime de La Ciotat au XVIIIe siècle et l’observation de son déclin économique à la fin de l’Ancien Régime. Elle se poursuit par l’analyse de l’émergence de l’industrialisation dans le port, à partir de 1836, et jusqu’à l’apogée industrielle et économique dans le cadre d’un long processus de transformation avec la construction navale industrielle au milieu du XIXe siècle grâce à l’installation de la Compagnie des Messageries Maritimes dans le port. Après l’analyse de la transformation économique de la ville, la recherche accompagne la communauté maritime de La Ciotat dans l’expérience de ce processus de croissance industrielle complexe et très variable. Elle examine l’évolution de ses tendances démographiques, en se concentrant sur les conséquences du changement de la structure de la population vu par le biais de l’accroissement de la population immigrée dans la ville et la transformation de la dynamique démographique de la population liée à sa composition par âge, sexe et état civil. En plus, la recherche s’intéresse à la diversification de la structure professionnelle locale et à la stratification sociale de la ville. Elle examine également le passage professionnel de la voile à la vapeur des gens de mer de la ville notamment des matelots et des capitaines. En même temps, la thèse observe l’impact de ce processus sur l’identité de la communauté maritime de La Ciotat et l’évolution des modèles sociaux et de la vie quotidienne définie par de nouvelles normes sociales et culturelles.

La Ciotat – Départ pour la pêche. Fin du 19e siècle (Collection privée) CC BY-NC-ND)

Cette recherche est fondée sur des sources aussi quantitatives que qualitatives. En premier lieu, les listes de dénombrement de la population de La Ciotat pour la période de 1831 à 1916 ont été utilisées (Archives Municipales de La Ciotat), à partir desquelles les recensements nominatifs complets des années 1831, 1851 et 1911 ont été traités dans une base de données (au total, les données de 16.736 individus ont été enregistrées). Ensuite, la main-d’œuvre employée aux chantiers et ateliers de Messageries Maritimes a été saisie pour chaque décennie de 1855 à 1905 dans une autre base de données distincte, couvrant environ 5 000 ouvriers. Ces informations proviennent des Registres Entrées des chantiers navals de la Compagnie des Messageries Maritimes aux Archives du Musée Ciotaden, où les registres complets de recrutement des ouvriers de 1851 à 1912 (44 000 entrées au total) sont disponibles. La troisième source utilisée concerne les Matricules de gens de mer conservée au Service Historique de la Défense à Toulon. Deux bases de données ont été constituées à partir de cette source: la première concerne les matelots de La Ciotat inscrits des années 1850 aux années 1920, où toute la carrière de 150 matelots ayant eu leur activité principale dans la navigation commerciale a été enregistrée, et la seconde traite les capitaines inscrits à La Ciotat, avec l’enregistrement complet des carrières à la mer de 111 capitaines au total. Outre les bases de données mentionnées ci-dessus, diverses sources qualitatives ont été utilisées: les délibérations des assemblées générales des actionnaires de la Compagnie des Messageries Maritimes, conservées aux Archives French Lines & Compagnies au Havre ; les minutes du conseil municipal conservées aux Archives Municipales de La Ciotat ; la correspondance et les mémoires statistiques détaillés de la période 1817-1845, conservés au Service Historique de La Défense à Toulon, et les archives de la police et de la préfecture, conservées aux Archives Départementales des Bouches-du-Rhône. Les journaux personnels ainsi que les journaux de l’époque publiés à Marseille et à La Ciotat sont également des sources essentielles de cette thèse.

Le Port de La Ciotat (Emile Loubon, 1844) – Musée Maritime de Marseille

Cette recherche répond aux questions liées aux processus et impacts économiques et sociaux du passage de la voile à la vapeur pour la communauté maritime de La Ciotat, intégrée au cœur de la dynamique économique et sociale de l’époque. En outre, la recherche met en lumière un aspect important mais encore inexploré de l’histoire de la Compagnie des Messageries Maritimes, à savoir la base technique de la compagnie à La Ciotat, et l’impact économique et social de la Compagnie sur la ville. Elle reflète également l’avènement du capitalisme industriel en Méditerranée française, ainsi que le rôle de l’État dans l’évolution industrielle en France. Elle montre également les effets que la montée de l’impérialisme français a eu sur les petites communautés maritimes françaises. En utilisant les outils de l’histoire économique maritime, de la géographie économique, de la démographie historique et de l’histoire sociale, cette thèse constitue un récit complet d’une communauté maritime en transition à l’ère de la vapeur. Cette thèse fait partie du projet de recherche ERC SeaLiT: Seafaring Lives in Transition, Mediterranean Maritime Labour and Shipping, 1850s-1920s basé au Centre d’histoire maritime, à l’Institut d’Etudes Méditerranéennes (IMS/FORTH) à Rethymnon pour les années 2017-2022 (pilote du projet : Dr. Apostolos Delis).

Le texte complet de la thèse de doctorat est disponible sur le site du projet SeaLiT: https://www.sealitproject.eu/project-publications


Kalliopi Vasilaki

Kalliopi Vasilaki est chercheuse post-doctorale au Centre d'Histoire Maritime de l'Institut d'Études Méditerranéennes (IMS/FORTH). Elle étudie les communautés maritimes de la Méditerranée orientale, en se concentrant sur l'île d'Ithaque durant la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a terminé sa thèse de doctorat en 2022, au département d'histoire de l'Université de Crète, sur la communauté maritime de La Ciotat et son passage de la voile à la vapeur (1850-1914). Pendant son doctorat, elle a été boursière du projet ERC STG 2016 "SeaLiT: Seafaring Lives in Transition. Maritime Labour and Shipping", basé à l'Institut d'Études Méditerranéennes (IMS/FORTH). Ses recherches portent sur l'histoire des sociétés et des communautés maritimes en Méditerranée pendant le long XIXe siècle. Elle a publié plusieurs articles dans des revues scientifiques et des ouvrages collectifs. Elle est titulaire d'un master en histoire (École des Hautes Études en Sciences Sociales/Ecole des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, 2012) et d'une licence en histoire et archéologie (Université de Crète, 2010).

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search